Mes commentaires/Comments

photo de Fabi Lemg

En Français

Le passé est toujours le présent d’un moment.

Pourquoi j’écris ? En écrivant, on agence des mots. Agencer les mots, c’est un peu réorganiser la réalité. Il y a des millions de combinaisons possibles, donc des millions de vies.

Ecrire un livre en français, anglais, breton, cela rejoint l’histoire de la Bretagne.

Quand j’étais petite, mes parents me disaient : Suis ton chemin droit et tu le retrouveras droit (Proverbe breton ?)

J’ai voulu retrouver un espace atemporel, c'est ce que m’offrait La Maison de Kerguir.

A propos de La Maison de Kerguir, mon éditeur m'a dit : "J'aime beaucoup ce que vous avez écrit là". Je lui réponds que j'aime beaucoup ce qu'il m'a dit.

Ma grand-mère me disait : les petites filles sont plus originales, plus rigolotes que les petits garçons. Etait-elle féministe ? Etais-je une petite fille originale ?

On dit que partir, c’est mourir un peu. Pour moi, partir c’est vivre beaucoup.

De même que naître requiert un effort et que la mort empêche d’aller plus loin, ma poésie comporte des obstacles, des non-dits aussi. Au lecteur de les dénicher et de combler les vides au passage.

Ce qui m’entoure me fait trembler. En écrivant, je crée un équilibre. C’est moi qui impressionne la folle (feuille).

Je souffre pour la terre. Je souffre pour les hommes. Je souffre pour le monde.

Des auteurs que j’aime : Charles Baudelaire, Emily Dickinson, Anjela Duval, Paul Eluard, Thomas Hardy, Daphné du Maurier, Edgar Allan Poe, Jacques Prévert, Arthur Rimbaud …

In English

The past is always present in the moment.

Why am I writing? By writing, we arrange words. Arranging words is a bit like rearranging reality. There are millions of possible combinations, so millions of lives. 

Writing a book in Breton, French, English, bringing together the history of Brittany.

When I was young, my parents said to me: Follow your straight path and you will find it straight (Breton proverb?) 

I wanted to find a timeless space, that's what Kerguir House offered me. 

About Kerguir House, my publisher said to me : "I really like what you wrote there". I answer him that I really like what he said to me. 

My grandmother used to tell me: little girls are more original and funnier than little boys. Was she a feminist? Was I an original little girl? 

They say that to leave is to die a little. For me, leaving is really living.  

Just as being born requires an effort and death prevents you from going further, my poetry contains obstacles, things that have not been said. It is up to the reader to find them and fill in the gaps.

What surrounds me makes me tremble. By writing, I create a balance. It’s me who impresses the madwoman (the sheet of paper). 

I suffer for the Earth. I suffer for men. I suffer for the world.  

My cherished Authors : Charles Baudelaire, Emily Dickinson, Anjela Duval, Paul Eluard, Thomas Hardy, Daphné du Maurier, Edgar Allan Poe, Jacques Prévert, Arthur Rimbaud ...